Paris Istanbul à vélo

Just another WordPress.com weblog

2010 – Jour 6 – La Charité sur Loire – Sully-sur-Loire

with 6 comments

Avant-dernière journée de notre périple, mais bon, pas facile d’écrire aujourd’hui. C’était la journée la plus chaude depuis le début de notre balade. On est vannés. Le matin, ça va (on est partis à 8h30) mais à partir de 11h ça commence vraiment à taper. On a fait notre pause déjeuner de 12h45 à 14h30 et on a pédalé sous le cagnard. On a beau boire de l’eau, faire des petites pauses barres de céréales et fruits secs, ça vous enlève toute énergie de pédaler sous le soleil. (Fred: Et en plus on se perd par ci on se perd par là, pas top les indications, je pense que ceux qui ont écrit le guide n’ont pas fait le parcours ou ne savent pas lire les panneaux et vice et versa… En plus on se perd sur une île dans un pauvre sentier et on se fait bouffer par les moustiques !!! Dure, très dure journée…) (Robin : personnellement je ne recommande cette partie de ‘La Loire à Vélo’ et de l’Eurovélo6 à personne.  Comme Fred le dit la signalisation manque souvent et en plus une bonne partie est en caillasse mélangée à de la terre, ce doit être impraticable en cas de pluie)

Robin : puisque je suis dans le registre de la dénonciation calamiteuse, je déconseille également à tous de faire réparer un vélo dans la Nièvre.  Bon, pour ne pas que tous les réparateurs nivernais fassent faillite, je vais préciser avenue du Général de Gaulle à Decize.  Ce quadruple enfoiré m’a d’une part accusé d’avoir croisé le grand plateau avec le grand pignon, ce qui avait indubitablement causé la perte de mon dérailleur.  Lorsque j’ai voulu expliquer que c’était cette satanée chaussette, le grand gourou m’a fait signe de  ne pas insister.  Je me suis donc tu.  D’autre part, il m’a demandé où j’avais fait ajuster mon précédent dérailleur (qui fonctionnait très bien).  Lorsque j’ai répondu en Angleterre, j’ai eu droit à un gloussement condescendant et franco-centrique.  Le réparateur de répondre « ah, ça ne m’étonne pas alors ».   Et deux petits coups de tournevis vers la gauche ou la droite, je n’ai malheureusement pas prêté attention au coq torse bombé en quête de considération.  Résultat : eh bien mes vitesses ne fonctionnent plus très bien.  Elles changent toutes seules, à l’instar d’une boîte automatique.  C’est un peu chiant lorsqu’on monte une côte.  Alors en rentrant à Paris, je compte faire rechanger le dérailleur pour avoir un dérailleur de route comme à l’origine, une patte Specialized pour tenir le dérailleur (bon là je ne lui en veux pas, il n’avait pas la pièce), et une nouvelle chaîne parce qu’il n’a pas été foutu de voir que la chaîne s’était tordue avec l’aventure dite « De la Chaussette Infernale ».


Pendant qu’on déjeunait on s’est connectés sur Internet pour trouver notre point de chute pour la nuit. Et là, Chaussette Man (c’est Robin, on l’appelle Chaussette Man car il vous casse un vélo avec une simple chaussette) a une idée de génie : et si on dormait à la ferme. Ni une ni deux, un coup de fil, et hop, c’est reservé. C’est Cochonou qui va être content de dormir dans une ferme. Après cette idée de génie on s’est remis sur selle, puis on a pédalé, pédalé… pédalé, pédallllllléééé, pppééééééééééééddaaaaaaaaaaallllllllllééééééé…. il paraissait bien long cet après-midi…. pour enfin arriver à 17h30. Douche, sieste ! (Fred: c’est confirmé Tonio et Robin ronflent, même pour une pauv’ sieste) (Robin : et Fred dort avec son Android dans la main comme s’il consultait Internet pendant son sommeil)
Le dîner fut mémorable.  Salade du jardin au goût de salade, pommes de terre au goût de pommes de terre, côtelettes de porc fermier au goût d’avatar de Cochonou.  Alors, parce qu’il ne faut pas que baver sur les enfoirés de réparateurs de vélos véreux et sur les départements qui pensent aux frais de bouche avant de penser aux itinéraires cyclables qui sont censés exister depuis des années, voici cette magnifique adresse que nous vous recommandons chaudement, Tonio, Fred, Cochounou et moi :
Ferme des Georgeats – Gîte de France
Chemin de la Levée
45600 Sully-sur-Loire
02 38 36 62 60

Bon, moment éducatif maintenant. Vous nous avez demandé ce qu’on emportait avec nous comme matériel. Alors, pour Thomas, c’était rien (un Android et un slip de rechange), et pour nous, on vous a fait une photo. En résumé vous voyez à la droite de la photo tout ce qui permet de se connecter (une clé 3G et 2 smartphones sous Android), 2 eeePC qui nous permettent de rédiger notre blog, de surfer le web et d’uploader notre parcour, un tracker GPS qui nous permet d’enregistrer notre parcours et de le mettre sous Google Maps (on utilise aussi le logiciel My Tracks sous Android), des appareils photos pour immortaliser notre balade, une batterie qui se recharge au solaire et tous les cables, chargeurs et batteries qui vont bien. Vous l’aurez compris, on est une bande de geeks.
(Fred: Ca c’est un scoop dis donc !!)
Bon, on va se coucher nous, et à demain pour la fin de notre balade.
Kilomètres parcourus : 110km
Kilomètres parcourus depuis le départ : 720km
Temps pédalé : 5h27
Vitesse moyenne : 20.2km/h
Nombre de chutes : 0
Nombre de pb techniques : 0
Bobos : On s’est tous fait bouffer par des moustiques, c’est monstrueux
Hectolitres de pluie tombés sur la tronche : Toujours zéro, c’est déprimant
Offrande : 0
Litres d’eau bus : Pas assez avec la chaleur
Châtiments coporels infligés au gourou : Aucun, il fait trop chaud

Written by parisistanbul

juillet 1, 2010 à 8:22

Publié dans Uncategorized

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Perso j’avais 2 phones, un android pour enregister la trace gps, et mon nokia increvable avec une semaine d’autonomie pour recevoir l’appel d’urgence potentiel de ma femme pret a accoucher (qui n’a toujours pas accoucher d’ailleurs …)
    j’avais 1 short,2 slips, 4 chaussettes (inofensives) et 2 tshirts, quand même😉

    Tom

    juillet 1, 2010 at 8:29

  2. oups j’ai oublié de cocher l’inscription au mail hop hop hop

    Tom

    juillet 1, 2010 at 8:30

  3. Salut,

    Quand je vois les traces sur le poignet d’Antonio, je demande, après la dernière étape, un concours de peintures rituelles de vénération de Cochonou (un concours de bronzage de cycliste) !

    Bon courage pour la dernière étape.

    Christophe

    juillet 1, 2010 at 8:44

  4. Robin tes vitesses qui sautent c’ est probablement du a la chaine tordue.
    mais bon un reglage a l’aveugle n’apporte jamais rien de bon.
    dis donc c’etait une chaussette en cote de maille pour pete la patte?

    tom

    juillet 1, 2010 at 10:02

  5. Ca m’a l’air sympa cette petite ferme ! Ramenez nous un cousin de cochonou en saucisson !
    Je sens que ça fatigue un peu là ! Allé allé ! On est avec vous ! C’est du tout bon vous y êtes presque !
    Bon courage à vous et gare aux chaussettes rebelles !

    seb

    juillet 1, 2010 at 10:29

  6. Ahh … les trous sur les gants des cyclistes c’est pour faire des bronzages rigolos … !😉
    Allez courage vous êtes bientôt arrivés

    Claude

    juillet 1, 2010 at 10:41


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :