Paris Istanbul à vélo

Just another WordPress.com weblog

2010 – Jour 7 – Sully-sur-Loire – Orléans

with 6 comments

Dernier jour, ou plutôt devrions-nous dire, dernière demi-journée. Eh oui, nos 3 bikers (cyclistes en anglais) sont arrivés à Orléans à 11h du matin en ce vendredi 2 juin. Même nous on était épatés. On pensait arriver samedi à Orléans, que nenni. On aura fait presque 800 km en 6 jours et demi. Pas mal.
Pas grand chose à dire sur cette dernière demi-journée donc. Réveil à 6h30 (comme d’hab), (Fred: le coq, il faut parler du coq un peu. Le coq est censé chanter le matin à la levée du jour. Eh bien dans les fermes du Loiret, il chante à 3h45 du matin. En plus il a un pote dans la ferme d’à côté et ils font un super duo casse oreilles… bref, toujours avoir une paire de boules Quiès anti chant du coq dans ses bagages), gros petit déjeuner à la ferme (Fred: Miam les confitures maison), et on était sur les vélos à 8h30. La matinée était chaude, nous avons pédalé sur des pistes en asphalte pour arriver à Orléans avant 11h. (Robin: enfin, on a fait du chemin de terre aussi, et à deux endroits la piste n’était plus indiquée il a fallu se fier à nos cartes) Le temps de regagner la cathédrale, et nous voici à la terrasse d’un café (eh oui, encore) à manger des omelettes et à boire jusqu’à plus soif. Midi arrive, le groupe se disloque : Fred et Robin prennent le train de 12h30 pour Paris, et Antonio enfourche son vélo pour aller en thalasso. Et ouais, j’avais décidé de me faire un court séjour en thalasso histoire de me reposer, de me relaxer dans une piscine et de me faire faire des tas de soins sympas genre massage, bain d’algues et autres sauna/hammam. (Fred: Quand je pense qu’il a le meilleur masseur de Paris comme pote… faux frère !!🙂 )


C’est donc terminé pour cette édition 2010 du Paris Istanbul (promis, on y arrivera un de ces jours à Istanbul). Merci de votre fidélité (notre blog a été lu entre 350 et 1130 fois selon les jours), de vos commentaires, encouragements, tweets et SMS. Par contre, avant de nous quitter comme ça et de se dire à l’année prochaine (pour un Bâle-Vienne à priori) (Fred: euh ça fait quand même plus de 1000km là…), je vais répondre à vos questions :

* Istanbul c’est pas dans l’autre direction ? L’année dernière nous avons fait un Paris-Nantes sans vraiment penser à se faire la piste Euro Vélo 6 (qui suit la Loire, le Rhin et le Danube jusqu’à la mer noire). Lorsque cette année on a évoqué de se refaire une balade, Euro Vélo 6 est revenu sur le tapis. En regardant la carte on a vu que le Danube se déversait dans la mer Noire à qques centaines de kilomètres d’Odessa et d’Istanbul. Tout de suite on s’est mis à rêver. On s’est donc dit qu’on irait à Istanbul en longeant la piste Euro Vélo 6 mais en saucissonnant le trajet en étape annuelle de 800/1000km. L’année prochaine, si Cochonou le veut bien, on se fera la partie Bâle-Vienne. Pour ce qui est du sens de la balade (Bâle-Orléans au lieu de Orléans-Bâle) c’est parcequ’on a vu que l’arrivée à Bâle montait… alors on s’est dit que le départ descendait… toujours plus facile de descendre lorsqu’on est sur un vélo ;o)

* Est-ce que vous vous baladez ou est-ce que vous faites de la performance ? aucun, ou plutôt, les deux mon capitaine. On ne peut pas vraiment dire qu’on se balade. Dans balade on imagine tout de suite du tourisme à vélo : on s’arrête, on visite des musées, des châteaux, on prend des photos… Dans notre cas, on ne fait pas de tourisme mais on s’arrête fréquemment pour se reposer, prendre des photos de nous, manger une barre de céréales. Mais on ne peut pas vraiment dire qu’on fasse de la performance non plus. On ne se fixe pas d’objectifs particuliers (de vitesse ou de distance), le terrain est plutôt plat… donc on pédale tant que se n’est pas insoutenable. Mais on ne peut pas non plus dire que ça soit de tout repos de se faire 150 bornes. C’est très important d’avoir un groupe qui a les mêmes attentes du périple. Je pense que ça ne fonctionnerait pas si certains voulaient visiter des musées et d’autres faire 250km. Avec Fred et Robin on a trouvé un bon équilibre et on veut tous les 3 se faire plaisir.   (Robin : et une voiture qui roule à 150km/h consommera plus d’essence qu’une voiture qui roule à 110 km/h : celle qui ira plus loin est la seconde…)
* Alors, mal aux fesses ? Oui, mais pas qu’aux fesses. Lorsqu’on pédale autant on a, bien sur, mal aux fesses et mal aux cuisses mais aussi mal au dos et… aux poignets. Eh oui, on ne s’y attendrait pas, pourtant, après 7 jours de vélo, j’ai énormément mal aux poignets (Robin aussi) (Robin : oui putain ça fait mal). Pour minimiser le mal de dos il est bon d’avoir plusieurs positions sur son vélo, d’où les extensions de guidon qui sont bien pratiques.
* Comment je m’y prends pour faire comme vous ? Pas vraiment de conseils à donner car tout le monde est différent. Comme je le disais plus haut, faite ce genre de périple seul ou accompagné de personnes qui ont la même vision que vous. Dites-vous que vous vous levez et vous avez mal, vous pédalez et vous avez mal, vous déjeunez et vous avez mal, vous vous perdez et vous avez mal, vous vous couchez et vous avez mal. En cas de tension dans le groupe ça peut vite dégénérer : si l’un veut s’arrêter au musée et si l’autre veut pédaler, un jour ou l’autre ça pétera. Après, bien sur, il faut s’entraîner un peu, préparer votre voyage, être équipé (vélo, sacoche, sac de couchage… le classique quoi).
* Et le baby blues ? Ouais, c’est étrange à dire, mais quand on revient, il nous manque un truc. Ca fait bizarre d’arrêter de pédaler, de ne plus regader l’horizon, d’avancer sans vraiment de but en soit, de ne plus être avec les potes. Et pourtant, pédaler, ça fait mal… mais revenir, ça fait creux.
(Fred: pb avec le tracker, il n’a enregistré que la première partie du tracé…)
Kilomètres parcourus : 60km
Kilomètres parcourus depuis le départ : 780km
Temps pédalé : 2h50
Vitesse moyenne : 20.2km/h
Nombre de chutes : 0
Nombre de pb techniques : 1 le tracker n’a pas enregistré tout le tracé
Bobos : Aucun, une pure patate
Hectolitres de pluie tombés sur la tronche : Il faisait super chaud à 10h
Offrande : 50
Litres d’eau bus : 2l
Châtiments corporels infligés au gourou : En tant que Gourou je m’autorise à changer cette règle. Dorénavant, plus de châtiment !

Written by parisistanbul

juillet 3, 2010 à 8:00

Publié dans Uncategorized

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Pauvre Cochonou. Il a survécu à sa trépanation ?
    Merci d’avoir pris le temps de nous amuser avec vos péripéties.
    Et à l’année prochaine pour Bâle Vienne (très joli centre ville à Vienne, prenez quelques heures pour visiter)

    Claude

    juillet 3, 2010 at 9:53

  2. bandes de connards, pas un mote pour le padawan dans le dernier blog, c’est pas cool.

    Perso j’aurais roulé un peu plus vite, mais comme le dit tonio c’est un groupe alors on s’adapte. (fred est une grosse lopette qui n’avance pas🙂

    Bon je fais pas ça pour la gloire alors même si on parle pas de moi, j’essayerais d’être là pour le prochain périple, en entier.

    Tom

    juillet 3, 2010 at 10:39

    • Bah t’avais 24h pour mettre à jour le blog, comme Fred et Robin et rajouter des trucs

      parisistanbul

      juillet 4, 2010 at 7:02

  3. Merci les gars ! Vous nous avez bien amusé encore une fois !
    Même si cette année avait l’air plus pépère que l’an dernier… C’est vrai l’an dernier on était captivité par votre amateurisme du dimanche :
    – « Mince c’est le 4eme jour de pluie, on aurait du regarder la météo »
    – « Zut Tonio a creuvé un pneu comment on fait ? »
    – « Aie mais ca fait mal aux fesses tout ca ! »
    – « Tiens on s’est perdu, quelqu’un a une carte ? »

    Bref il y avait du suspens, de l’action, de l’attente, des rencontres avec Madame Michu… la vous aviez l’air plus décontract’, et heureusement qu’une chaussette anglaise est passée par là !
    Alors reposez vous bien et préparez nous une édition 2011 qui déchire (son mollet) !

    Seb « membre du mouvement pour la chaussette rebelle »

    seb

    juillet 4, 2010 at 10:11

    • C’est marrant mais on l’a souvent répété « on s’est professionnalisés ». Même si ce n’est pas le bon terme, c’est vrai qu’on était beaucoup plus préparé (physiquement mais aussi logistiquement)

      parisistanbul

      juillet 4, 2010 at 12:01

  4. Pas mal…

    Pour les douleurs aux poignets (et sans doute une petite compression au canal carpien au passage), le guidon droit est une horreur. Les cornes sont indispensables, en fait, et le guidon classique avec des cocottes c’est le summum.

    Mal aux fesses ? Selle trop large. Idem, la selle étroite est paradoxalement hyper plus confortable sur de longues distances.

    Pour le reste, en ce qui me concerne, j’ai trainé une tandinite aux deux genoux pendant 1300 km, et elle se réveille maintenant au bout de 40-50 km. Mais ça reste supportable. La solution : toute montée doit se faire en danseuse…

    Le vrai problème dans ce type de ‘balade’, c’est le poids du vélo. Au delà de 20kg, c’est carrément plus dur.

    Par contre, le pied intégral, c’est la montagne. Ca a l’air dingue de dire ça, mais monter sur 20 km à 8%, c’est dur, oui, mais moins que de se faire 20 kms par vent de face ! Alors variez, ne faites as que du plat )

    Bo retour dans la moiteur polluée parisienne !

    emmanuel

    juillet 5, 2010 at 1:13


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :